BULLETIN D'INFORMATION DE LA CSSSPNQL




  • Le gouvernement du Québec lance une campagne d’information et de sensibilisation sur l’itinérance
mars 31, 2015

« Personne ne choisit de devenir itinérant. On peut choisir de ne pas les ignorer ».

Wendake, le 31 mars 2015 – La première campagne d’information et de sensibilisation sur l’itinérance du gouvernement du Québec s’inscrit dans le Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020, intitulé « Mobilisés et engagés pour prévenir et réduire l’itinérance ». Ayant pour thème « Personne ne choisit de devenir itinérant. On peut choisir de ne pas les ignorer », la campagne prévoit, jusqu’au 19 avril prochain, la diffusion de messages radio ainsi que l’apposition d’affiches sur les quais et dans les wagons du métro de Montréal, de même que dans des abribus de la métropole.

 

La sensibilisation est un moyen pour combattre les préjugés à l’égard des personnes en situation d’itinérance et ainsi favoriser une cohabitation sociale harmonieuse. L’itinérance est source de préjugés. Mieux connaître les facteurs qui contribuent à l’itinérance nous éloigne du blâme et nous aide à refuser l’inacceptable, à refuser que des gens puissent se retrouver à la rue.

 

Au cours des dernières années, le phénomène de l’itinérance chez les Premières Nations a pris de l’ampleur, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des communautés. Cette situation est attribuable, en partie, à la crise du logement à laquelle est confrontée la vaste majorité des communautés des Premières Nations du Québec. La situation n’est guère mieux pour les Premières Nations et les Inuits qui vivent en milieu urbain, car les besoins pour des logements sociaux abordables sont supérieurs à l’offre actuelle. Des études démontrent que les Autochtones sont surreprésentés chez les sans-abris dans la plupart des grandes villes du Canada.

La problématique porte sur l’intégration sociale et la marginalisation des personnes en situation d’itinérance. L’itinérance est un problème social et il faut se reconnaître une responsabilité collective vis-à-vis de cette question. Une fausse croyance circule, disant que vivre dans la rue est une question de choix personnel. Or, dans la très grande majorité des cas, la rue représente l’aboutissement d’un parcours de vie parsemé d’embûches, d’échecs douloureux et de revers éprouvants.

 

Manifester de l’empathie et de la solidarité à l’égard des personnes en situation d’itinérance, plutôt que de blâmer, est un pas dans la bonne direction. Mieux connaître les facteurs qui contribuent à l’itinérance éloigne du blâme et aide à refuser que des gens puissent, dans une société d’abondance, se retrouver à la rue. C’est pourquoi la sensibilisation de la population au phénomène de l’itinérance a été définie comme un moyen pour combattre les préjugés à l’égard des personnes en situation d’itinérance et pour favoriser une cohabitation sociale harmonieuse (action 17 du Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020).

 

Une page d’information sur la campagne publicitaire réalisée par le ministère de la Santé et des Services sociaux est mise en ligne sur son site. Vous pouvez consulter les différents outils de communication à l’adresse suivante :
http://msss.gouv.qc.ca/documentation/campagnes/itinerance.php  

 

 

(30)


 

Source :         

Chantal Cleary

Agente de communication,
CSSSPNQL
Tél. : (418) 842-1540