BULLETIN D'INFORMATION DE LA CSSSPNQL




  • Rassemblement des aînés innus à Sheshatshit
oct. 11, 2017
Le 23e rassemblement des aînés a eu lieu cet été, à Sheshatshit, plus précisément à Gull Island, au Labrador. Le projet est né à Schefferville, en 1994. Ses objectifs sont de permettre aux aînés de se rassembler dans un lieu commun, de partager des mémoires et de célébrer les valeurs traditionnelles des communautés innues.


Valoriser la bientraitance des aînés au cœur des objectifs du rassemblement 

Le rassemblement des aînés innus s’inscrit au cœur de la promotion, de la valorisation et de la compréhension de la bientraitance chez les personnes aînées des Premières Nations. Parmi les facteurs de protections associés à la bientraitance, mentionnons le développement du sentiment d’appartenance à sa nation, le partage des valeurs et des connaissances traditionnelles ainsi que la promotion de comportements et d’attitudes positives liées au vieillissement en communauté. Le rassemblement des aînés innus est un événement important puisqu’il permet de lutter contre l’isolement et de favoriser la réflexion et la guérison communes. Il est l’occasion d’aller au-delà des traumatismes expérimentés, de pouvoir en parler, de tenter d’en comprendre les impacts de façon réflexive et de discuter de l’avenir et de l’espoir à investir dans les plus jeunes générations.

À propos du rassemblement

À l’heure actuelle, le rassemblement des aînés innus regroupe neuf communautés situées de la Haute-Côte-Nord au Labrador. Les aînés qui y participent utilisent le covoiturage, le transport adapté et l’avion pour se rendre sur les lieux. Chaque année, la communauté qui sera l’hôte de la prochaine édition est déterminée par un tirage au sort à la fin du rassemblement. Ainsi, la communauté élue est responsable de fournir les bases de l’équipement pour le bon déroulement de l’activité et elle doit assurer une partie de son organisation. Chaque communauté investit un montant afin de s’assurer du bien-être des aînés : équipement, matériel, nourriture, transport, hébergement, etc. La communauté hôte et les autres communautés présentes s’assurent d’avoir des volontaires et du personnel de soutien (animateur, cuisinier, organisateur, etc.) afin de veiller au bon déroulement.

Des facteurs de protection, vous-dites?

L’Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 1er octobre comme la Journée internationale des personnes âgées. Il est important de réfléchir à la bientraitance des aînés. Cette réflexion soulève l’impact des facteurs de protection sur le bien-être physique et psychologique des personnes aînées des Premières Nations. Ainsi, il est essentiel de souligner toutes les initiatives en lien avec le mieux-être des personnes aînées. Parmi celles-ci, mentionnons les cercles de partage, comme celui sur la périnatalité qui s’est déroulé à l’Hôtel-Musée Premières Nations, à Wendake, les 12 et 13 septembre dernier. Ce moment de réflexion et de partage entre diverses nations a permis d’échanger sur tout ce qui a trait au concept de périnatalité chez les Premières Nations au Québec et de partager des mémoires communes sur les façons dont les communautés perçoivent l’enfant, son éducation et son bien-être. De plus, les personnes aînées ont pu discuter des différences entre hier et aujourd’hui dans la conception de la naissance et de la petite enfance et échanger sur les pratiques traditionnelles de chaque nation. Une occasion comme celle-ci aide à favoriser l’estime de soi, le sentiment d’appartenance et la transmission des pratiques traditionnelles.