La pauvreté frappe la moitié des enfants autochtones

Par Chantal Cleary | juin 20, 2013
La pauvreté touche le tiers des enfants des Premières Nations au Québec - le double de la moyenne provinciale, révèle une étude publiée mercredi par le Centre canadien de politiques alternatives.
Cette étude ajoute qu'un investissement annuel de 580... (Photo La Presse Canadienne)

Cette étude ajoute qu'un investissement annuel de 580 millions de dollars permettrait d'apaiser les difficultés suscitées par la pauvreté de ces enfants.

Photo La Presse Canadienne

La Presse Canadienne
Toronto, Ontario

Le Québec fait un peu meilleure figure que les autres parties du Canada, qui affiche pour sa part un pourcentage de pauvreté infantile de 50 pour cent - le triple de la moyenne nationale - chez les enfants inscrits des Premières Nations - ceux qui vivent dans des réserves ou qui ont un lien avec celles-ci.

La situation est particulièrement catastrophique au Manitoba et en Saskatchewan, où près des deux tiers des jeunes Autochtones (Métis, Inuits, etc.) grandissent dans une famille défavorisée.

«Je ne suis tellement pas étonnée, parce que ça fait longtemps qu'on dit qu'il y a une extrême pauvreté qui existe dans les communautés autochtones, qu'elles soient isolées, semi-isolées ou urbaines», a lâché à l'autre bout du fil Michèle Audette, présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada.

La recherche, constituée à partir de données du recensement publiées en 2006 - la dernière année où des données fiables sont disponibles -, révèle par ailleurs que près du quart des enfants de minorités visibles vivent sous le seuil de la pauvreté.

Chez les autres enfants d'origine autochtone, le taux de pauvreté est de 27%, tandis qu'au sein des familles canadiennes de souche ou d'origine non autochtone, cette proportion est de 12%.

«Le fait que la moitié des jeunes des Premières Nations vivent dans la pauvreté devrait choquer tous les Canadiens», a estimé Patricia Erb, qui dirige l'organisme Aide à l'enfance - d'autant plus, a-t-elle souligné, que l'étude rappelle que la croissance par habitant de la population autochtone est la plus rapide au Canada.

Le rapport tend à démontrer que la pauvreté n'est pas seulement une question de salaire: les enfants inscrits des Premières Nations vivent dans des communautés qui sont souvent dotées de services de mauvaise qualité et de piètres infrastructures.

L'un des auteurs de la recherche, Daniel Wilson, affirme que si les Canadiens continuent de fermer les yeux face à la problématique de la pauvreté des Autochtones, leur marginalisation socio-économique s'aggravera.

Selon l'étude, un investissement annuel de 580 millions $ permettrait d'apaiser les difficultés liées à la pauvreté de ces enfants.