Québec autorise 259 nouvelles places en garderie

Par Valérie Maltais - Abitibi express | mars 03, 2014
Après les 293 places autorisées en 2012, voilà que 259 nouvelles places en garderies et centres de la petite enfance (CPE) ont été octroyées, le 28 février, à 8 projets distincts en Abitibi-Témiscamingue
 

Les députés François Gendron (Abitibi-Ouest), Élizabeth Larouche (Abitibi-Est) et Gilles Chapadeau (Rouyn-Noranda-Témiscamingue) ont annoncé l'attribution de 259 nouvelles places en garderie et CPE à 8 différents projets en Abitibi-Témiscamingue, le 28 février au Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or. 

L’annonce fait suite à l'appel de projets de 15 000 nouvelles places lancé à l'échelle provinciale en février 2013 par la ministre de la Famille, Nicole Léger. La mise en œuvre de ces huit projets débutera au courant de l'année et devrait se matérialiser jusqu'en 2016.

Val-d'Or a reçu l'équivalent de 156 places partagées entre les CPE Bambin et Câlin de Dubuisson et Jacola (total de 104) ainsi qu'au CPE Abinodjic-Miguam (52).

«Cette annonce est très bien accueillie par la circonscription», a indiqué Élizabeth Larouche, ministre déléguée aux Affaires autochtones et députée d'Abitibi-Est, qui rappelle que plusieurs enfants ont vu le jour dans la communauté autochtone dans les dernières années.

La garderie coopérative Le Vol du Colibri de Rouyn-Noranda a reçu 40 places, tandis que 8 places ont été ajoutées au CPE L'Anode magique. Finalement, les CPE Bout d'chou de Sainte-Germaine-Boulé et Macamic se sont vu octroyer 13 places chacun.

Un CPE plus près de la nature

Déjà 80 places ont été retournées dans le passé par le CPE Abinodjic-Miguam, mais les dirigeants se disent maintenant prêts à aller de l'avant. Différentes options devront être regardées puisque le Centre d'amitié autochtone n'a pas suffisamment d'espace pour accueillir autant d'enfants.

«C'est un projet qui nous tenait vraiment à cœur, alors c'est un beau cadeau. Nous avons une mission en laquelle nous croyons et d'avoir obtenu ces places nous motive à continuer, a affirmé Nancy Poudrier, directrice du CPE Abinodjic-Miguam.

«Au centre-ville, c'est plus difficile de trouver de l'espace et on aimerait être plus près de la nature, puisque notre programme met en valeur la culture autochtone, anishnabe en particulier», a avancé la directrice, qui espère voir son projet se réaliser à l'intérieur des deux prochaines années.

«Le besoin est plus grand»

«C'est une nouvelle très importante, surtout qu'on reconnaît que le besoin est plus grand que ça», a reconnu François Gendron, ministre responsable de la région et député d'Abitibi-Ouest, qui avait pris l'engagement d'offrir 4800 places en garderie et CPE en Abitibi-Témiscamingue pour 2016.

«Elles ne seront pas encore toutes physiquement disponibles en raison du délai d'exécution, parce qu'il faut laisser le temps aux gens de conceptualiser leurs projets. Mais aujourd'hui, ils ont en main ce qu'il faut pour procéder», a renchéri M. Gendron.

En plus des emplois entourant la construction ou l'agrandissement de certains établissements, ces 259 places subventionnées additionnelles en services de garde contribueront à créer 45 nouveaux emplois en région, tout en consolidant ceux des éducateurs déjà en fonction.