Le gouvernement du Canada annonce l'octroi de fonds pour favoriser la santé des Autochtones

Par Chantal Cleary | juil. 15, 2014
Les subventions du programme PEEC aideront à améliorer la santé des Premières Nations, des Métis et des Inuits par la recherche

OTTAWA, le 11 juill. 2014 /CNW/ - L'honorable Rona Ambrose, ministre de la Santé, a annoncé aujourd'hui l'octroi de subventions du programme Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances (PEEC) à trois organismes par l'entremise de l'initiative phare Voies de l'équité en santé pour les Autochtones des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Cette initiative vise essentiellement à promouvoir l'équité en santé pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits dans quatre domaines clés : prévention du suicide, obésité et diabète, tuberculose et santé buccodentaire.

Les 25 millions de dollars que les Voies de l'équité consacreront au financement de la recherche permettront de créer une base de données probantes sur la conception et la mise en œuvre d'interventions de santé dans les quatre domaines susmentionnés. La recherche permettra aussi de déterminer comment les Premières Nations, les Métis et les Inuits de partout au pays adopteront ces interventions dans le respect de leur culture et de leurs connaissances traditionnelles. Les organismes subventionnés par le programme PEEC joueront un rôle important pour faciliter l'échange de connaissances entre les chercheurs et les communautés et organismes autochtones par l'établissement et la promotion d'une communication continue et d'activités d'intégration culturelle.

Les organismes subventionnés, qui ont été choisis par un comité international d'évaluation par les pairs, recevront environ un million de dollars par année sur cinq ans. Les organismes retenus sont :

  • l'Association nationale des centres d'amitié;
  • le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba;
  • l'Association des femmes autochtones du Canada.

En bref

  • En 2012, le gouvernement du Canada a lancé les Voies de l'équité en santé pour les Autochtones, initiative de recherche en santé autochtone à long terme.
  • Cette initiative est axée sur la recherche de moyens permettant d'améliorer des projets de recherche en santé existants et de les adapter aux besoins variés des communautés autochtones, dont les valeurs, les connaissances traditionnelles et l'histoire varient grandement.
  • Les subventions du programme PEEC annoncées aujourd'hui s'ajoutent aux autres volets de financement des Voies de l'équité, y compris les équipes de recherche sur la mise en œuvre (ERMO), les chaires en santé publique appliquée (CSPA) et la recherche interventionnelle en santé des populations (RISP).

Citations

« Le gouvernement s'engage à améliorer la santé et le bien-être des Premières Nations, des Métis et des Inuits. L'initiative Voies de l'équité en santé pour les Autochtones fait en sorte que la recherche soit bien branchée sur la communauté pour trouver des solutions judicieuses. En finançant ces trois organismes et leurs collaborateurs, nous contribuerons à l'application des connaissances en santé conformément à la culture et aux pratiques traditionnelles. »
L'honorable Rona Ambrose
Ministre de la Santé

« Cet investissement représente une démarche importante vers l'amélioration de la santé des Autochtones du Canada. Les Voies de l'équité visent à trouver de nouveaux moyens de mettre en œuvre des interventions qui nous aideront à lutter contre le suicide, l'obésité et le diabète, la tuberculose et les problèmes de santé buccodentaire dans les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Les trois organismes titulaires d'une subvention du programme PEEC faciliteront le processus en faisant en sorte que l'échange de connaissances entre les chercheurs et les membres des communautés autochtones respecte et intègre les connaissances traditionnelles. »
Dr Alain Beaudet
Président des Instituts de recherche en santé du Canada

« L'Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) est très heureuse que soit financé le projet présenté dans le cadre du concours Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances de l'initiative Voies de l'équité en santé pour les Autochtones des IRSC. La collaboration avec des partenaires et une équipe de recherche permettra de déterminer, selon un cadre sexospécifique adapté à la culture, les modèles de soins traditionnels et non traditionnels qui peuvent servir de complément à la science occidentale pour améliorer les résultats sur la santé des Autochtones. »
Claudette Dumont-Smith
Directrice générale
Association des femmes autochtones du Canada

« Le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba (proposé par l'Assemblée des chefs du Manitoba) est le seul organisme régional choisi dans le cadre du programme Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances (PEEC) en raison de son rayonnement exceptionnel et de ses relations au Canada et à l'étranger. En collaboration avec ces partenaires, nous sommes déterminés à passer des pratiques prometteuses à l'échange des connaissances et à l'action dans les communautés. »
Leona Star
Associée de recherche
Coordonnatrice de l'Enquête régionale sur la santé au Manitoba et de l'Enquête régionale sur l'éducation, l'emploi et le développement de la petite enfance
Assemblée des chefs du Manitoba

« Ce financement représente un important premier pas pour parvenir à mieux comprendre la santé de la population autochtone urbaine. Afin que les résultats de la recherche soient pertinents et utiles pour les Autochtones vivant en milieu urbain, le projet Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances de l'ANCA appuiera et renforcera la capacité de recherche et d'application des connaissances dans 119 centres d'amitié culturellement diversifiés de partout au pays. »
Jeff Cyr
Directeur général de l'Association nationale des centres d'amitié

Produits complémentaires

Note d'information

Liens connexes

Annonce du financement de l'initiative Voies de l'équité par le gouvernement du Canada
Initiative phare Voies de l'équité des IRSC

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) sont l'organisme du gouvernement du Canada chargé d'investir dans la recherche en santé. Leur objectif est de créer de nouvelles connaissances scientifiques et d'en favoriser l'application en vue d'améliorer la santé, d'offrir de meilleurs produits et services de santé, et de renforcer le système de soins de santé pour les Canadiens. Composés de 13 instituts, les IRSC offrent leadership et soutien à plus de 13 200 chercheurs et stagiaires en santé dans tout le Canada.

 

Note d'information

Voies de l'équité en santé pour les Autochtones

Les nombreuses disparités sur le plan de la santé observées chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis, comparativement aux populations non autochtones du Canada, sont bien documentées et représentent un important centre d'intérêt pour les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). La mauvaise santé découle de divers facteurs, dont la pauvreté, le manque d'instruction, la déculturation, les conditions de vie inadéquates, l'exposition à des traumatismes et à la violence, et le manque de ressources et de soutien social. Plusieurs de ces facteurs et problèmes sont particulièrement prononcés chez les Autochtones. Pour améliorer la situation de manière efficace, nous devons être à l'écoute et tirer des leçons des communautés autochtones.

Pour favoriser l'équité en santé chez les Premières Nations, les Inuits et les Métis, et pour remplir un de leurs objectifs consistant à transformer les connaissances en une meilleure santé, les IRSC ont lancé une initiative phare appelée Voies de l'équité en santé pour les Autochtones. Le but global de cette initiative est de mieux comprendre comment concevoir, lancer et porter à grande échelle des interventions dans quatre domaines prioritaires : la prévention du suicide, le diabète et l'obésité, la tuberculose et la santé buccodentaire.

Il y a aujourd'hui, dans les milieux urbains, les réserves des Premières Nations et les communautés d'Inuits et de Métis du Canada, des pratiques prometteuses. Grâce à la recherche menée dans le cadre des Voies de l'équité, nous apprendrons comment mieux adapter ces approches prometteuses aux communautés de tout le pays et à faire en sorte qu'elles les adoptent. Au moyen des Voies de l'équité et d'initiatives connexes, les IRSC et leurs partenaires pourront créer des services de santé préventifs efficaces et favoriser l'équité en santé pour les Autochtones du Canada.

Retombées des Voies de l'équité

En collaborant avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, les IRSC et leurs partenaires nous permettront :

  • d'améliorer la santé et l'équité en santé chez les Autochtones dans les domaines prioritaires;
  • de produire des données pour éclairer la prise de décision;
  • de mieux comprendre la façon de réduire les disparités en santé et d'appliquer les nouvelles connaissances à plus grande échelle;
  • de renforcer la capacité de recherche sur des programmes et politiques de santé des Autochtones efficaces et en constante évolution.

Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances

Afin de renforcer l'impact de l'initiative Voies de l'équité, les IRSC ont lancé la possibilité de financement Partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances (PEEC). Les partenaires mobiliseront les communautés et les organisations autochtones en incorporant leur voix, leurs systèmes de connaissances et leur culture dans la recherche. Ils joueront un rôle central en assurant les liaisons et les interactions entre les chercheurs des équipes de recherche sur la mise en œuvre (ERMO), ceux des chaires en santé publique appliquée (CSPA) et les communautés autochtones, ce qui aidera en retour à étendre des interventions qui améliorent la santé des habitants de ces communautés, ce qui aidera en retour à étendre des interventions qui améliorent la santé des habitants de ces communautés.

Équipes de recherche sur la mise en œuvre

Les équipes de recherche sur la mise en œuvre élaborent des politiques et des programmes ayant le potentiel d'améliorer la santé et l'équité en matière de santé chez les Autochtones dans les quatre domaines prioritaires des Voies de l'équité.

Chaires en santé publique appliquée

Les chaires en santé publique appliquée contribuent à la base de connaissances et au mentorat pour les interventions de santé relatives aux quatre domaines prioritaires des Voies de l'équité. Pour ce faire, les titulaires doivent tenir compte des systèmes de connaissances autochtones, des aspects économiques de la mise en œuvre des interventions dans les communautés autochtones et de la pertinence de ces interventions pour les Voies de l'équité. Ils doivent aussi comprendre le rôle du genre et du sexe des autochtones en matière de résultats sur la santé et déterminer si les interventions tiennent compte des préoccupations et de l'éthique des Autochtones.

Recherche interventionnelle en santé des populations

La recherche interventionnelle en santé des populations évalue l'impact des interventions de santé relatives aux quatre domaines prioritaires des Voies de l'équité dans les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Elle exige une étroite collaboration entre les chercheurs et les responsables des politiques. Les titulaires de ces subventions détermineront quelles interventions contribuent généralement à promouvoir la santé et l'équité en matière de santé chez les Autochtones.

Lauréats du programme PEEC 2014

Par l'entremise de son réseau de 119 centres d'amitié autochtones et 7 associations provinciales et territoriales, l'Association nationale des centres d'amitié (ANCA) prévoit aider à démontrer les avantages de la science occidentale aux Autochtones qui vivent en milieu urbain dans tout le Canada. Créée en 1972, l'ANCA a déjà sondé les Autochtones de tous les genres, toutes les orientations sexuelles, tous les âges et toutes les conditions socioéconomiques au sujet de diverses préoccupations (renoncement au tabac et identité/citoyenneté). Pour que les membres de ces communautés travaillent efficacement avec les chercheurs ou cliniciens non traditionnels, les partenaires de l'ANCA veilleront à ce que de nouvelles activités de mise en œuvre qui montrent les mérites de la recherche pour lutter contre le suicide, le diabète et l'obésité, la tuberculose et les maladies buccodentaires respectent leurs traditions. L'ANCA, qui a son siège à Ottawa (Ontario), recevra une aide financière de 999 965 $ sur une période de cinq ans.

Le Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba, créé par l'Assemblée des chefs du Manitoba, forgera de solides liens entre les chercheurs et les communautés autochtones sur la base de l'application des connaissances, de l'échange et de l'action. En collaboration avec l'Université du Manitoba, l'Université de Winnipeg, le Diabetes Integration Project, l'Université de Victoria, l'Association des médecins indigènes du Canada, l'Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada, le Centre de collaboration nationale de la santé autochtone, Sainte-Élisabeth, le Conseil national des sages-femmes autochtones, Sages-femmes autochtones, Santé Manitoba, l'Agence de la santé publique du Canada, la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits, Te Atawhai o te Ao (Institut maori indépendant pour l'environnement et la recherche) et Whakauae Research for Māori Health and Development, le Secrétariat mobilisera les membres des communautés autochtones comme partenaires - et non destinataires - de l'information de santé. De cette manière, le vaste maillage de connaissances traditionnelles, de recherche, d'autonomie gouvernementale et de pratiques traditionnelles dans ces communautés pourra être échangé et incorporé dans les travaux des chercheurs et cliniciens. La mise en œuvre de nouvelles pratiques de santé pour combattre le diabète et l'obésité, la tuberculose, les maladies buccodentaires et le suicide sera alors vue comme une progression naturelle. Le Secrétariat, qui a son siège à Winnipeg (Manitoba), recevra une aide financière de 988 755 $ sur une période de cinq.

L'Association des femmes autochtones du Canada (AFAC), en partenariat avec le Congrès des peuples autochtones, l'Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada et l'Association nationale autochtone du diabète, s'appliquera à faciliter la communication entre le milieu scientifique et les femmes autochtones. Fondée en 1974, l'AFAC adhère à la notion que dans la plupart des cultures autochtones, les femmes s'occupent principalement de la famille. L'organisation essaiera donc de mobiliser les mères comme partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances. Les mères adopteront vraisemblablement de nouvelles méthodes pour traiter le diabète et l'obésité, la tuberculose et les maladies buccodentaires, et prévenir le suicide dans leur famille si ces méthodes sont présentées de façon respectueuse, pertinente, responsable et réciproque eu égard à leurs traditions. Conformément à ces vœux, l'AFAC prendra des mesures pour offrir aux habitants de toutes les communautés autochtones des solutions de rechange qui peuvent déboucher sur un avenir en santé. L'AFAC, qui a son siège à Ottawa (Ontario), recevra une aide financière d'un million de dollars sur une période de cinq ans.

 

SOURCE Instituts de recherche en santé du Canada

Renseignements : Michael Bolkenius, Cabinet de l'honorable Rona Ambrose, Ministre de la Santé, 613-957-0200; Relations avec les médias, Instituts de recherche en santé du Canada, 613-941-4563, relationsaveclesmedias@cihr-irsc.gc.