Femmes autochtones: une banque de données est mise sur pied

Par Agence QMI | juil. 22, 2014
Trois organisations autochtones ont mis sur pied une nouvelle banque de données qui répertorie en détail les cas de disparitions et d'homicide de femmes autochtones au Canada.

Les organismes No More Silence, Families of Sisters in Spirit et le Native Youth Health Network espèrent ainsi obtenir une éventuelle enquête nationale sur les centaines de disparitions ou homicides de femmes autochtones non résolus. En effet, la Gendarmerie royale du Canada fait état de plus de 1181 dossiers d’homicides et de disparitions de femmes autochtones toujours actifs depuis 1980.

Cette initiative qui prend la forme d’un site internet appelé It Starts With Us (www.itstartswithus-mmiw.com) permettra également aux proches de commémorer les victimes et de parler d’elles. Le site a d’ailleurs été lancé un an après la mort de Bella Laboucan-McLean. Cette femme crie de 25 ans a été poussée du haut de son appartement, situé au 31e étage, le 20 juillet dernier. Selon la police, il s’agit d’une mort suspecte.

«Ce nouveau site et banque de données donne aux familles comme la nôtre l'occasion de documenter la vie de l'être cher, mais aussi de lui rendre hommage en parlant de ses accomplissements», a dit la sœur de Bella, Melina Laboucan-Massimo.

«Nous savons qu’il y a beaucoup d’autres histoires, familles et anniversaires, ce n’est qu’un début, a dit Krysta Williams du Native Youth Health Network. Nous continuons d’augmenter nos démarches pour donner du support.»

Selon Amnestie internationale, les femmes autochtones sont de cinq à sept fois plus à risque de mourir d’un crime violent que les autres femmes au Canada.