Obésité: «Cette stigmatisation est réelle»

Par La Presse | août 29, 2014
Plus de 30% de ceux qui ont un poids santé aimeraient mieux divorcer qu'être obèses, 27% préféreraient être incapables d'avoir des enfants, 21% de vivre une dépression majeure et 18% de mourir 10 ans plus jeunes.

Le ton employé pour parler de l'obésité et l'importance accordée à cet enjeu de santé publique mènent parfois à la stigmatisation de ceux qui n'affichent pas un poids santé. En milieu de travail et dans les écoles, certains sont même intimidés sans que personne intervienne, ce qui en fait un des derniers préjugés socialement acceptables, déplore une chercheuse en entrevue à La Presse.

«Cette stigmatisation est réelle, c'est un phénomène qui s'affiche comme si c'était tout à fait normal et acceptable. Beaucoup de personnes sont d'avis que les obèses ne font rien pour sortir de leur état. Ce discours témoigne de l'importante ignorance que l'on a de cet enjeu complexe», explique la professeure au département des sciences des aliments et de nutrition de l'Université Laval, Simone Lemieux.

L'attitude négative affichée par certains à l'égard des personnes obèses peut compromettre la prise en main des patients, dit l'experte en nutrition. Et malgré le temps qui passe, les préjugés persistent et ne diminuent pas, loin de là.

Selon une étude menée en 1961 puis répétée 40 ans plus tard, dévoilant des résultats encore plus «dévastateurs», les enfants d'âge scolaire aimeraient mieux avoir un ami en béquilles ou sans mains qu'un ami obèse.

 

Chez les adultes, une autre étude démontre que la stigmatisation est tout aussi importante. Plus de 30% de ceux qui ont un poids santé aimeraient mieux divorcer qu'être obèses, 27% préféreraient être incapables d'avoir des enfants, 21% de vivre une dépression majeure et 18% de mourir 10 ans plus jeunes.

«Les professionnels de la santé contribuent aussi au problème de la stigmatisation des obèses. Des patients nous confient que des médecins font parfois des remarques désobligeantes sur leur poids et que certains refusent de faire des examens gynécologiques chez les femmes obèses, car ils n'aiment pas ce genre de corps», a affirmé Mme Lemieux.

Un problème dans les écoles et au bureau

Dans les écoles, les jeunes qui sont intimidés en raison de leur poids peuvent souffrir de graves conséquences psychologiques comme la dépression, l'isolement, le développement de troubles alimentaires et le décrochage scolaire, explique Émilie Dansereau-Trahan, chargée des dossiers des saines habitudes de vie à l'Association pour la santé publique du Québec.

«Il faut amener le jeune à se confier. Même si les écoles ont désormais toutes une politique contre l'intimidation, elle n'est pas toujours appliquée. Les enfants doivent avoir le sentiment qu'il y aura des actions entreprises de façon rapide s'ils vont voir des adultes pour leur dire qu'ils sont intimidés», a-t-elle dit en entrevue à La Presse.

L'Association a mené l'an denier un sondage auprès de près de 1000 jeunes dans 84 écoles de cinq régions du Québec. En ce début d'année scolaire, elle a lancé une importance campagne d'information pour sensibiliser les enseignants et le grand public à la problématique de la stigmatisation des enfants n'ayant pas un poids santé. Selon les résultats du sondage, 81% des jeunes intimidés en raison de leur poids n'en parlent à personne. De plus, près de la moitié sont devenus obsédés par leur poids et 19% ont cessé d'aller à leurs