Chasse-moustiques : Santé Canada interdit la citronnelle

Par Le Devoir | sept. 03, 2014
À partir du 31 décembre, tous devront se rabattre sur les produits à base de DEET pour éloigner les moustiques.

Après dix ans d’incertitude et de sursis, la petite industrie du chasse-moustiques à base de citronnelle a perdu son combat face à Santé Canada : les dernières bouteilles d’insectifuge devront être retirées des rayons d’ici la fin de l’année, point final. Une décision dénoncée par le NPD à Ottawa.

 

« On se demande pourquoi Santé Canada fait fi des recommandations des scientifiques et interdit la vente d’un produit naturel », a indiqué mardi par communiqué Libby Davies, porte-parole en santé du Nouveau Parti démocratique. « Santé Canada devrait réexaminer sa décision. »

 

Celle-ci date de 2007, mais prendra complètement effet à la fin de l’année. Dans la foulée d’une réévaluation entamée en 2004 par l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), l’organisme fédéral avait demandé aux fabricants de fournir des études prouvant la non-dangerosité de leur produit. C’était là une condition sine qua non au maintien de leur indispensable homologation.

 

Mais ces études coûtent cher à produire — trop pour la taille modeste des entreprises impliquées, plaide-t-on chez les deux compagnies québécoises qui produisaient un chasse-moustiques contenant de la citronnelle, Héloïse et Druide. Au final, personne à travers le pays n’a été en mesure de fournir les documents demandés, a indiqué Santé Canada au Devoir mardi.

 

Druide détenait la dernière homologation encore en vigueur : celle-ci vient à échéance le 31 décembre. À partir de cette date, les randonneurs, pêcheurs et autres jardiniers devront essentiellement se rabattre sur les produits à base de DEET pour éloigner les moustiques. Une solution qui « inquiète bon nombre de citoyens », pense la députée Libby Davies.

 

«Aucun risque»

 

Pourtant, jamais l’utilisation de la citronnelle dans les chasse-moustiques n’a causé le moindre incident, font valoir les défenseurs du produit. Sur son site Internet, Santé Canada reconnaît d’ailleurs n’avoir « détecté aucun risque pour la santé ». Mais pour les produits de la catégorie « insectifuge », l’agence exige des données sur l’innocuité — notamment des tests sur cinq générations d’animaux. En l’absence de problème, il faut tout de même prouver qu’il n’y a pas de problème.

 

En 2006, un comité de cinq experts mandaté par Santé Canada avait conclu que la citronnelle n’était pas dangereuse. Les spécialistes rappelaient dans ce rapport que la plante asiatique est utilisée depuis longtemps comme chasse-moustiques (la première homologation en Amérique date de 1943) et qu’il n’existe aucune preuve permettant de croire qu’elle puisse être dangereuse pour l’homme.

 

Selon le comité, le seul point controversé autour de la citronnelle concernait la présence d’un possible agent cancérigène dans l’huile essentielle, le méthyleugénol. Mais le président de Druide, Alain Renaud, soutient que l’essence de citronnelle qu’il utilise ne contient pas de méthyleugénol, et que Santé Canada n’a pas pris cette nuance en considération.

 

Méthodes

 

Le dossier soulève des questions à propos des méthodes d’homologation de Santé Canada. Le NPD estime que « si les faits démontrent qu’un produit spécifique pose problème, alors il importera de veiller à ce qu’il ne se retrouve plus sur les tablettes des magasins ». Mais le chemin inverse — retirer un produit sans problème, mais dont l’innocuité est mal étudiée — n’est pas la voie à suivre, dit-on.

 

Un des scientifiques ayant siégé au sein du comité d’experts en 2006 indiquait cette fin de semaine à la CBC qu’il ne « comprenait pas les raisons justifiant l’exclusion » des chasse-moustiques à base de citronnelle. Sam Kacew affirme que les doutes qu’entretient Santé Canada à l’égard de la citronnelle sont basés sur de mauvaises prémisses — notamment des tests agressifs menés sur des rats.

 

Présidente des laboratoires Héloïse, Marie-Gabrielle Lamoureux estime qu’il y a un net désavantage pour les fabricants de produits à base naturelle. « Les demandes de Santé Canada sont très sévères, dit-elle. Même quand tu as l’homologation, si tu veux changer un mot sur l’étiquette, c’est compliqué et il faut payer. C’est un harcèlement sans fin. »

 

Cela alors que les joueuses de l’industrie concurrente du DEET (un produit conçu comme dissolvant à plastique) sont toutes de grandes entreprises possédant les ressources pour répondre aux exigences de Santé Canada, dénonce Mme Lamoureux. Alain Renaud formule essentiellement les mêmes critiques.

 

À Santé Canada, on rétorque que « la loi s’applique de la même façon pour tout le monde ».

 

La restriction imposée ne concerne que les chasse-moustiques : les autres produits contenant de la citronnelle ne sont pas visés.