L’entérovirus D68 pourrait avoir atteint le Québec

Par Chantal Cleary | sept. 16, 2014
L'Hôpital de Montréal pour enfants a noté une hausse de cas de jeunes qui se présentent à l'urgence avec des troubles respiratoires.
L'Hôpital de Montréal pour enfants a noté une hausse de cas de jeunes qui se présentent à l'urgence avec des troubles respiratoires, ce qui laisse croire que le virus qui fait des ravages aux États-Unis pourrait être aux portes du Québec.

«On a eu plusieurs cas d’enfants admis avec des bronchiolites (des infections virales respiratoires) ces derniers jours», admet la Dre Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue à l’Hôpital de Montréal pour enfants.

Cette hausse soudaine de cas laisse présager que l’entérovirus D68 pourrait avoir traversé la frontière.

«C’est une situation inhabituelle», dit-elle.

Les résultats des tests de laboratoire pour déterminer le type exact d’entérovirus peuvent prendre jusqu’à deux semaines.

En attendant, le ministère de la Santé surveille la situation de près. «Nous effectuons une surveillance constante depuis la mi-août, mais pour l’instant aucun cas n’a été signalé au Québec», dit Marie-Claude Lacasse, porte-parole.

Le rare virus respiratoire est hyper résistant. Dre Caroline Quach répète l’importance de bien désinfecter les surfaces en garderie et de se laver les mains souvent.

Pénurie de lits

À l’Hôpital de Montréal pour enfants, aucun patient n’a été admis aux soins intensifs pour l’instant.

«Ce qui est inquiétant, c’est de ne pas savoir l’ampleur que va prendre la crise au Québec et si on va avoir assez de lits», poursuit Caroline Quach.

C’est ce qui est arrivé au Children’s Mercy Hospital au Missouri. Plus de 500 enfants ont été traités pour des problèmes pulmonaires en moins d’un mois et l’hôpital a manqué de lits.

Il n’y a pas encore de cas confirmés au Canada pour l’instant. En Ontario cependant, un hôpital de Windsor a observé une augmentation subite chez les patients pédiatriques pour des problèmes respiratoires le week-end dernier.

14 États

Aux États-Unis, le virus qui est apparu à la fin du mois d’août dans le Midwest, continue de se propager à un rythme sans précédent.

Des centaines de cas d’enfants atteints ont maintenant été répertoriés dans 14 États, dont New York et le Connecticut.

Au nord de New York, une douzaine d’enfants auraient été infectés.

Dans un seul hôpital du Colorado, plus de 900 enfants ont été traités pour des cas de détresse respiratoire entre le 18 août et le 4 septembre.

Aucun décès n’a été rapporté aux États-Unis pour l’instant.

«Nous ne comprenons pas encore pourquoi le virus a surgi tout à coup. On enquête auprès de chaque État touché», dit Dr Susan Gerber, médecin épidémiologiste aux Centres de contrôle et de prévention des maladies à Atlanta (CDC).

«Nous savons que les entérovirus circulent normalement à la fin de l’été et certains types prédominent chaque année», précise-t-elle.


  • Les symptômes de l’entérovirus D68 s’apparentent à ceux du rhume et touchent surtout les enfants. Ceux qui souffrent d’asthme ou autres maladies pulmonaires sont les plus vulnérables. Le virus se transmet par sécrétions.
  • Comme il n’existe pas de vaccin, les autorités recommandent de se laver les mains pendant au moins 20 secondes plusieurs fois par jour, spécialement après avoir changé une couche.