Le gouvernement du Canada présente le Plan d'action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l'endroit des femmes et des filles autochtones

Par Chantal Cleary | sept. 16, 2014
Dans le cadre du Plan d'action économique 2014, le gouvernement du Canada a investi un montant supplémentaire de 25 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre les crimes commis à l'égard des femmes et des filles autochtones
15 septembre 2014 – Ottawa (Ontario) – Condition féminine Canada

Aujourd'hui, l'honorable Dre K. Kellie Leitch, ministre du Travail et ministre de la Condition féminine, a présenté le Plan d'action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l'endroit des femmes et des filles autochtones.

Dans le cadre du Plan d'action économique 2014, le gouvernement du Canada a investi un montant supplémentaire de 25 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre les crimes commis à l'égard des femmes et des filles autochtones. Le Plan d'action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l'endroit des femmes et des filles autochtones permet donc de concrétiser cet engagement.

Le gouvernement du Canada a fait preuve de leadership en se portant à la défense des victimes de crimes. Le Plan d'action comporte des mesures concrètes et immédiates pour prévenir la violence, soutenir les victimes et protéger les femmes et les filles autochtones grâce à de nombreux engagements nouveaux et continus. Parmi ces derniers, on compte l'élaboration d'un plus grand nombre de plans de sécurité communautaire tant dans les réserves qu'à l'extérieur de celles-ci, tout en s'assurant que les familles reçoivent le soutien nécessaire pour avoir accès au système judiciaire et le comprendre.

Ce nouvel investissement fait partie d'une gamme de mesures, totalisant près de 200 millions de dollars, visant à contrer la violence dont les femmes et les filles autochtones sont victimes. Cela comprend :

  • appuyer la création d'un répertoire de données génétiques sur les personnes portées disparues;
  • continuer d'appuyer les enquêtes policières par l'intermédiaire du Centre national pour les personnes disparues et les restes non identifiés;
  • offrir un lieu sûr aux victimes en finançant de façon continue des refuges dans les réserves;
  • mettre en œuvre des initiatives visant à rendre les collectivités plus sûres, notamment par :
    • l'adoption d'une nouvelle loi pour créer la Charte canadienne des droits des victimes qui établirait clairement, à l'échelle fédérale, les droits des victimes d'actes criminels;
    • l'amélioration du statut et des droits des femmes autochtones au moyen de la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves et les droits ou intérêts matrimoniaux;
    • le rehaussement de la sécurité des résidents dans les réserves, particulièrement les femmes et les enfants, dans le cadre du Programme de prévention de la violence familiale;
    • l'adoption de la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, dont des dispositions ont éliminé l'utilisation des peines d'emprisonnement avec sursis, ou la détention à domicile, pour les crimes graves et violents.

Consultez le document d'information ci-joint pour obtenir plus de renseignements sur les mesures précises prévues dans le Plan d'action.

Les faits en bref

  • Le Plan d'action pour contrer la violence familiale et les crimes violents à l'endroit des femmes et des filles autochtones s'appuie sur l'investissement de 25 millions de dollars accordé en 2010 par le gouvernement du Canada pour s'attaquer à ce problème important.
  • Selon l'Aperçu opérationnel national de la GRC, diffusé le 16 mai 2014, 225 cas de femmes ou de filles autochtones disparues ou assassinées ne sont toujours pas résolus. L'Aperçu fournit des renseignements essentiels sur la nature et la portée de cet enjeu. Ce document de recherche présente les caractéristiques des auteurs d'homicides envers les femmes autochtones, dont celles‑ci : dans 89 % des cas, il s'agissait d'hommes; dans 44 % des cas, l'auteur avait consommé des substances intoxicantes avant de commettre le meurtre; et, dans 92 % des cas, les victimes avaient été tuées par un membre de la famille de la victime ou une connaissance.

Citations

« Au Canada, les personnes qui enfreignent les lois sont punies, les peines correspondent à la gravité des crimes commis et les droits des victimes sont reconnus. C'est pourquoi notre gouvernement présente un Plan d'action qui réunit un éventail de mesures pour contrer la violence contre les femmes et les filles autochtones. Ces actes de violence odieux ne seront pas tolérés. »

- L’honorable Dre K. Kellie Leitch
Ministre du Travail et ministre de la Condition féminine

« Ce plan d'action détaillé répond aux besoins et aux recommandations dont ont fait part les intervenants de l'ensemble du pays en vue de l'élaboration d'un plan concret axé sur l'action et doté de ressources et de fonds considérables pour sa mise en œuvre. Nous avons passé des années à faire des recherches statistiques sur la violence et à en étudier les causes systémiques; nous avons travaillé avec les familles de victimes, des intervenants de première ligne, des organisations locales et nationales, ainsi que des organismes d'application de la loi et nous les avons fait participer à nos travaux. Ce plan d'action repose sur leur apport. Il s'agit d'un grand pas en avant dans nos efforts visant à régler les problèmes de violence familiale ou conjugale et de violence intergénérationnelle, puisque le plan prévoit fournir du soutien et des ressources aux intervenants de première ligne et aux organisations de nos collectivités et des centres urbains, et poursuivre ces efforts importants et soutenus pour s'attaquer aux problèmes de violence et aider les victimes. »

- Chef Ron Evans,
Nation crie de Norway House

« Ce plan d'action est justement ce que nos familles attendaient. Je tiens à remercier la ministre Leitch et le gouvernement pour leur détermination à régler ce problème. J'ai eu la chance de raconter mon histoire directement à la ministre Leitch et je suis enchantée de constater que ce plan d'action tient compte de ce que j'ai dit. De nombreuses études ont été réalisées sur cette question, et le temps est venu d'agir. Nous ne pouvons pas demeurer les bras croisés et parler du problème sans poser des gestes significatifs. Ce plan d'action aura une incidence directe sur les familles et il permettra d'assurer la sécurité des femmes et des filles. »

- Bernadette Smith,
Soeur de Claudette Osborne, disparue depuis le 24 juillet 2008

« Prévenir la violence faite aux femmes et aux enfants doit être une priorité pour tous les ordres de gouvernement, les organismes communautaires et les hommes canadiens. Le cadre annoncé aujourd'hui marque une étape importante dans la création d'une nouvelle relation qui permettra de résoudre ce problème. Grâce à cette relation, nous pouvons contribuer à façonner un avenir prometteur pour les femmes et les filles autochtones à l'échelle du Canada. »

- James Wilson,
Commissaire, Commission sur les relations découlant des traités du Manitoba

Autres liens

- 30 -

Questions des médias

Andrew McGrath
Attaché de presse
Cabinet de l'hon. Dre K. Kellie Leitch, C. P., O. Ont., députée
Ministre du Travail et ministre de la Condition féminine
Tél. : 819-953-5646
andrew.mcgrath@labour-travail.gc.ca

Autres demandes de renseignements

Bureau des relations avec les médias
Emploi et Développement social Canada
819-994-5559
media@hrsdc-rhdcc.gc.ca

This news release is also available in English.