L'itinérance autochtone prend de l'ampleur à Montréal

Par Chantal Cleary | sept. 22, 2014
Un nouveau visage de l'itinérance se dévoile graduellement à Montréal, alors que le nombre d'autochtones en situation d'itinérance augmente de façon inquiétante

Le Centre d'amitié autochtone de Montréal, un organisme qui fournit des repas gratuits à des autochtones, accueille plus de 200 personnes toutes les deux semaines.

Il en recevait 90 il y a moins d'un an.

«Le phénomène de l'itinérance autochtone prend de plus en plus d'ampleur à Montréal et les services n'y sont pas adaptés parce que beaucoup de ces nouveaux arrivants ne parlent que la langue inuit», a affirmé Maurice Bowen, responsable du Centre d'amitié autochtone de Montréal.

 

Maison de 18 personnes

 

La population autochtone serait d'ailleurs celle qui croît le plus au Québec, selon M. Bowen.

«Il y a maintenant de 15 à 18 personnes de trois à quatre générations qui vivent dans les maisons des réserves au Nord.

Beaucoup doivent arriver ici avec peu de qualifications et peu d'expérience», a expliqué M. Bowen.

Il y en a aussi d'autres qui viennent à Montréal pour des raisons de santé, parce qu'il n'y pas d'hôpitaux dans les réserves du Nord.

«Certains décident de rester parce qu'ils trouvent d'autres autochtones de la rue à côtoyer.

Ils préfèrent faire la fête ici parce que l'accessibilité aux drogues et à l'alcool est moins chère», a ajouté M. Bowen.