Yukon: un camp de guérison pour de jeunes Autochtones

Par Chantal Cleary | juil. 06, 2015
Le camp vise à aider les jeunes autochtones à faire face aux difficultés qui les touchent, tel que l'abus de drogues ou d'alcool.
Une centaine de jeunes Autochtones participent cette fin de semaine près de Whitehorse à un camp de motivation et de guérison. L'initiative est un partenariat entre 10 premières nations du Yukon et le gouvernement territorial pour aider les jeunes à faire face entre autres à l'intimidation, l'abus d'alcool et de drogue, ou le suicide.

Plusieurs morts violentes de jeunes yukonnais Autochtones, dont des meurtres, ont affecté les communautés ces dernières années. Les organisateurs croyaient bon d'aider les jeunes à traiter de ces problématiques.

Mary Spencer est sur la scène devant les jeunes assis à des tables

L'Olympienne ojibwée Mary Spencer fait partie des conférenciers
 Photo :  ICI Radio-Canada/Philippe Morin

La conférence présente de nombreux conférenciers, humoristes et spécialistes de la motivation. L'Olympienne de la nation Ojibwé, Mary Spencer, a ouvert la conférence en parlant de son expérience de vie et en invitant les jeunes à pratiquer certains mouvements de boxe.

L'événement est le deuxième du genre. L'an dernier, la conférence misait sur la qualité de chef des jeunes. Un groupe appelé Our Voices s'était ensuite formé. Ce sont les jeunes de ce groupe qui ont cette année organisé l'événement. Mais selon l'une de leurs membres, Megan Jensen de la Première Nation Carcross-Tagish, avant de traiter d'aptitude à diriger, il faut d'abord parler de vie saine.

« La santé et le bien-être sont la fondation d'un leadership fort, efficace et sain. C'est le genre de leaders dont on a besoin de nos jours. Des leaders qui peuvent montrer la voie aux plus jeunes. » — Megan Jensen, groupe Our Voices
de nombreux jeunes discutent près de grandes tentes
Le camp de guérison pour les jeunes prend place à Jackson Lake, un site dédié à ce genre d'événements.
 Photo :  ICI Radio-Canada/Philippe Morin

L'aînée et conseillère de la nation Kwanlin Dun, Jessie Dawson se réjouit de l'événement. « C'est bon de voir tous les jeunes rassemblés et traiter des questions dont ils doivent parler comme l'éducation, l'intimidation, le suicide, la drogue et l'alcool. »

Isaiah Gilson, membre de la nation Kluane, croit, comme les aînés le disent aussi, que lorsque la communauté autochtone se rassemble de façon positive, ce qui en ressort est toujours important.