Ensemble contre l’intimidation, une responsabilité partagée

Par Chantal Cleary | déc. 09, 2015

Plan d’action concerté pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018

 « Personne ne mérite d’être humilié, diminué ou exclu. L’intimidation est une atteinte à la dignité humaine. C’est ensemble que nous devons bâtir une société plus juste et équitable, une société dans laquelle l’intimidation n’a pas sa place. » – Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard, en compagnie de la ministre de la Famille, ministre responsable des Aînés et ministre responsable de la Lutte contre l’intimidation, Mme Francine Charbonneau, et de la députée de Charlevoix–Côte-de-Beaupré et adjointe parlementaire pour les volets jeunesse et petite enfance et lutte contre l’intimidation, Mme Caroline Simard, a rendu public aujourd’hui le plan d’action concerté pour prévenir et contrer l’intimidation 2015-2018 : Ensemble contre l’intimidation, une responsabilité partagée. Cet événement a eu lieu à l’Assemblée nationale, en présence du député de Richelieu et porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et la lutte contre l’intimidation, M. Sylvain Rochon, de la députée de Repentigny et porte-parole du deuxième groupe d’opposition pour la famille et la lutte contre l’intimidation, Mme Lise Lavallée, et de la députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Mme Manon Massé. 

« L’intimidation est un sujet qui nous touche toutes et tous, parce que personne ne mérite d’être humilié, diminué ou exclu. Ce plan d’action concerté concrétise l’engagement du gouvernement du Québec de la prévenir et de la contrer à tous les âges et dans tous les milieux, y compris dans le cyberespace. À travers les mesures proposées, notre but ultime est de bâtir une société respectueuse et sécuritaire, une société qui prend soin des personnes en situation de vulnérabilité; une société pour tous les âges, ouverte à la différence et riche de sa diversité. Voilà le Québec que nous voulons construire ensemble. » - Philippe Couillard 

Afin d’assurer sa mise en œuvre, le gouvernement du Québec consacrera des sommes totalisant 4,4 millions de dollars d’ici 2018. Fruit du travail concerté de 16 ministères et organismes gouvernementaux, le plan d’action s’appuie sur la contribution, au cours de la dernière année, de nombreux acteurs, soit :

  • près de 200 participants au Forum sur la lutte contre l’intimidation;
  • plus de 3 000 répondants à la consultation en ligne;
  • 65 personnes et organisations ayant déposé un mémoire;
  • les jeunes et les personnes aînées ayant participé à des consultations ciblées;
  • les représentants d’organismes autochtones ayant participé à une journée de réflexion;
  • les membres du Comité d’experts sur la cyberintimidation;
  • les chercheurs et les partenaires consultés lors de l’élaboration de ce plan d’action;
  • les parlementaires associés à la lutte contre l’intimidation.

53 mesures réparties en 5 orientations :

  1. Assurer des milieux de vie bienveillants et respectueux de chaque personne :

    Par la promotion des rapports égalitaires et de comportements inclusifs et empreints de civisme dès le plus jeune âge;
    Par la promotion de l’esprit sportif.

  2. Prévenir l’intimidation, en faire connaître les conséquences et améliorer notre capacité collective d’agir : Par l’information et la sensibilisation des personnes et des milieux de vie.
  3. Accroître les compétences des intervenantes et des intervenants de tous les milieux : Par la formation, l’accompagnement et le partage des meilleures pratiques.
  4. Soutenir et outiller les victimes et les témoins, et intervenir auprès des auteurs : Par la mise en place de pratiques préventives et de procédures de dénonciation; Par la connaissance des recours existants et des ressources d’aide; Par le soutien à la mise en œuvre d’initiatives et de projets variés dans les milieux.
  5. Mieux comprendre le phénomène de l’intimidation et appuyer nos interventions : Par le soutien à la recherche et l’analyse des pratiques en cours afin de promouvoir les meilleures pratiques.  

La Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL) et plusieurs autres organisations autochtones ont participé à la journée de réflexion du 24 avril dernier avec le Secrétariat aux affaires autochtones et le ministère de la Famille et des Aînés en vue de l’élaboration de ce plan d’action. Le résultat n’est qu’un premier pas dans la lutte contre l’intimidation vécue chez les Premières Nations. Selon Mme Marjolaine Siouï, directrice générale de la CSSSPNQL, « ce plan n’est pas la solution aux enjeux vécus par les Premières Nations en terme de discrimination, de racisme et d’exclusion sociale. La Commission et les autres organisations régionales continueront donc à travailler avec l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador pour faire en sorte que les spécificités des Premières Nations soient prises en compte dans un plan distinct. »

Pour consulter le plan d’action concerté Ensemble contre l’intimidation, une responsabilité partagée, veuillez visiter le www.intimidation.gouv.qc.ca.