Un portrait de l’itinérance dans les communautés des Premières Nations au Québec

Par Chantal Cleary | déc. 09, 2015

En août 2015, la CSSSPNQL a amorcé un projet de recherche dans le but d’établir un portrait de l’itinérance au sein des communautés des Premières Nations au Québec[1] en tenant compte du phénomène de migration. Ce projet s’insère dans le cadre du Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020 du gouvernement du Québec. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que la CSSSPNQL a participé aux travaux de la Table ayant mené à l’élaboration de ce Plan d’action. Par l’entremise du secteur du développement social, la CSSSPNQL a soumis une proposition afin qu’une action spécifique visant à réaliser un portrait de l’itinérance dans les communautés des Premières Nations au Québec soit inscrite au Plan d’action.

Si plusieurs études sur l’itinérance des Premières Nations en contexte urbain ont été réalisées, on dénote peu de travaux sur ce phénomène dans le contexte des communautés. La CSSSPNQL souhaite ainsi acquérir une meilleure connaissance de l’ampleur du phénomène, des formes qu’il revêt, mais aussi des facteurs pouvant amener ou maintenir les membres des Premières Nations en situation d’itinérance. Par les données qui seront recueillies, la CSSSPNQL espère contribuer à diminuer les préjugés à l’égard des Premières Nations et à la mise en place d’actions concrètes pour lutter contre la pauvreté, l’exclusion sociale, les problèmes de santé mentale et les dépendances, la judiciarisation ainsi que la pénurie de logements qui sévit dans les communautés.

Enfin, le projet est mené en collaboration avec les communautés ainsi que des organismes offrant des services aux Premières Nations à risque ou en situation d’itinérance. Pour appuyer la démarche, un comité d’experts réunissant divers acteurs reconnus pour leur expertise en matière d’itinérance, de pauvreté, de santé mentale et de dépendances a été mis sur pied. Afin de dresser un portrait fidèle du phénomène, plusieurs répondants, dont des personnes ressources issues des communautés des Premières Nations seront appelées à participer à la collecte d’information. Réalisés grâce à une subvention du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), les travaux s’échelonneront jusqu’au 31 août 2016, date à laquelle le rapport final de recherche sera terminé.



[1] Cette recherche ne vise pas la nation crie, ni les Inuits.