Le Dr Stanley Vollant préoccupé par la prévalence du diabète chez les Autochtones

Par Chantal Cleary | sept. 22, 2016
Premier chirurgien autochtone du Québec, instigateur de la marche Innu Meshkenu.
Premier chirurgien autochtone du Québec, instigateur de la marche Innu Meshkenu.   Photo : ICI Radio-Canada/André-Anne Paré

Le chirurgien autochtone Stanley Vollant, qui pratique la médecine à Dolbeau-Mistassini, est préoccupé par une récente étude qui révèle que huit membres des Premières Nations sur dix souffriront du diabète au cours de leur vie.

Un texte de Vicky BoutinTwitterCourriel

Cette étude a été publiée dans le Journal de l'Association médicale canadienne. Elle a été menée auprès de 2,9 millions d'Albertains entre 1997 et 2008. Les conclusions indiquent que les membres des Premières Nations courent de trois à cinq fois plus de risques d'être atteints du diabète que le reste de la population.

Interrogé à l'émission L'heure de pointe, le Dr Vollant affirme ne pas être surpris par ces données, bien qu'elles soient inquiétantes.

Ce sont des projections qui sont très pessimistes. Cependant, dans la situation actuelle, de 30 à 40 % des gens de 40 ans et plus chez les Autochtones ont le diabète, contrairement à environ 10 à 12 % dans la population canadienne.

Dr Stanley Vollant

Il indique que dans la communauté de Mashteuiatsh, « le taux de diabète est de deux à trois fois plus élevé que dans les populations environnantes ».

De façon générale, le Dr Vollant ajoute qu'avec la moitié de la population autochtone qui a moins de 20 ans et le taux d'obésité qui augmente, il ne serait pas étonnant de voir le taux de diabète atteindre des sommets dans une dizaine d'années, comme l'indique l'étude.

Il est cependant d'avis que la prévention peut encore permettre d'éviter ces problèmes.

Il est encore temps de prévenir. Il faut investir des sommes au niveau de la prévention.

Dr Stanley Vollant

La grande marche « Innu Meshkenu » du Dr Stanley Vollant a d'ailleurs comme objectif d'inciter les jeunes à bouger et à préserver leur santé. Il terminera cette marche de 6000 kilomètres l'an prochain.