Consultation sur la réussite éducative des élèves autochtones

Par Chantal Cleary | déc. 21, 2016

Le 28 novembre 2016, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, a invité les Premières Nations, les Cris et les Inuits à une consultation sur les enjeux propres aux communautés autochtones en matière d’éducation.

Cette consultation s’est faite dans la foulée de l’élaboration de la première politique en matière de réussite éducative par le ministère en vue de définir les bases d’une vision claire et cohérente pour favoriser la réussite éducative de ces élèves et établir des priorités d’action.

Parmi les éléments de cette consultation nationale, trois thèmes étaient abordés, c’est-à-dire l’atteinte du plein potentiel de tous les élèves; un contexte propice au développement, à l’apprentissage et à la réussite; et des acteurs et des partenaires autour de la réussite.

La CSSSPNQL a présenté les éléments illustrant sa position qui sont en cohérence avec ceux de l’APNQL et de ses commissions et organisations régionales. D’emblée, la CSSSPNQL a souligné que ses éléments de réponses ne pourraient être représentatifs des membres des communautés des Premières Nations pour ces raisons :

  • Le temps trop court ne permet pas de tenir une consultation quelconque.
  • La CSSSPNQL n’a pu mener aucune consultation auprès de ses membres sur la question de la réussite éducative.

Cependant, dans le cadre de ses activités et dans le respect de sa mission, la CSSSPNQL a réalisé des travaux qui ont permis de présenter les éléments suivants lors de cette consultation.

Atteinte du plein potentiel de tous les élèves :

  • Soutenir financièrement les services d’éducation et de stimulation précoce dans le respect de la langue et de la culture et dans une optique de continuum de services qui se poursuit à l’école en cohérence avec les programmes éducatifs – continuum de services entre les enfants fréquentant les services de garde et ceux fréquentant le préscolaire.
  • Favoriser le développement d’un programme éducatif qui intègre l’offre de services en petite enfance, celui de l’école et celui de l’ensemble de la communauté afin de joindre tous les enfants, toutes les familles et tous les membres de la communauté.
  • Appuyer l’établissement et la mise en œuvre de mécanismes nécessaires pour assurer un continuum et un suivi pour les enfants de la communauté appelés à fréquenter des services et des écoles situés à l’extérieur de la communauté.
  • Soutenir financièrement la mise en place de protocoles de partenariat et d’échange de services entre les communautés et les services provinciaux et fédéraux afin de répondre aux besoins des enfants ayant des besoins spéciaux.

     

     

    Un contexte propice au développement, à l’apprentissage et à la réussite :

  • Soutenir, favoriser et intégrer l’usage de la langue maternelle (langue des Premières Nations ou inuite) dans tous les contextes d’apprentissage, et ce, dès la tendre enfance et tout au long de la vie pour faciliter l’apprentissage d’une langue seconde.
  • Créer une cohérence entre les programmes éducatifs (de la petite enfance et de l’âge scolaire) et la langue, la culture et l’identité culturelle de chaque communauté et de chaque nation.
  • Agir sur les déterminants sociaux de la santé propres aux Premières Nations et aux Inuits en offrant les moyens financiers nécessaires pour outiller les familles afin de créer et de maintenir un environnement sain et sécuritaire pour les enfants.
  • Soutenir les communautés qui ont pour langue seconde l’anglais afin de leur permettre d’accéder facilement aux ressources provinciales.

    Des acteurs et des partenaires autour de la réussite :

  • Favoriser la création de liens entre les services et les partenaires des Premières Nations afin d’assurer un continuum de soutien aux enfants durant toutes les étapes de leur développement et tout au cours de leur vie et de contribuer ainsi au renforcement des compétences parentales.
  • Soutenir la mise en place d’actions concrètes visant à promouvoir l’importance d’agir tôt pour une entrée scolaire réussie.
  • Soutenir financièrement la mise en place de mesures efficaces assurant la transition entre les services de garde éducatifs à l’enfance et l’entrée à l’école.