Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics

Par Chantal Cleary | juin 05, 2017
L'APNQL dit faire confiance au processus

Wendake, le 6 juin 2017 – Alors qu'elle participe à la deuxième journée des travaux de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) tient à saluer les efforts du Commissaire Viens avec une première série d'audiences qui permettra d'évaluer l'étendue d'une situation que plusieurs ont cherché à nier trop longtemps. L'APNQL souhaite que l’amorce des travaux encourage à témoigner les personnes réticentes à révéler des situations inacceptables qu’elles ont vécues. En acceptant de témoigner, ces personnes aideront la Commission à faire des recommandations quant aux actions correctives concrètes, efficaces et durables à mettre en place par le gouvernement du Québec.

Le mandat de la Commission Viens, que plusieurs observateurs ont par le passé qualifié de trop large, permettra au contraire de faire la lumière sur les cas de discrimination et de racisme envers les membres de nos communautés. C'est le souhait que tient à exprimer le chef Ghislain Picard qui témoigne aujourd’hui devant la Commission : « Je demande à toutes et à tous qui ont un récit à partager de faire le pas et de profiter de la tribune offerte par la Commission. Il est temps que celles et ceux qui vivent ce genre de situation brisent le silence. Nous savons déjà que ce phénomène existe et qu’il représente une réalité trop répandue pour beaucoup de nos membres, a souligné le chef Picard, et que la population non autochtone est elle aussi interpellée et ne doit pas hésiter à se faire entendre. »

Même si l'APNQL juge que les membres des Premières Nations doivent avoir confiance en l’opportunité permise par les travaux de la Commission, elle prévient qu'elle ne perdra pas de vue les événements qui ont conduit à cette nécessité de tenir une Commission. « Il faudra tout au long de cet exercice, se rappeler du courage de nos soeurs qui ont osé dénoncer, qui ont vu leur réputation attaquée et qui considèrent toujours aujourd'hui, ne pas avoir obtenu justice, a insisté le chef de l'APNQL, et que c'est grâce à la détermination des femmes des Premières Nations que le gouvernement du Québec a finalement accepté de créer la Commission. »

À propos de l’APNQL

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador est l’organisme politique qui regroupe 43 chefs des Premières Nations au Québec et au Labrador. www.apnql-afnql.com.

- 30 -

Renseignements :

Mélanie Vincent : vincentmelaniemv@gmail.com

Cell. : 418-580-4442