Santé des autochtones: The Lancet apostrophe le Canada

Par Chantal Cleary | févr. 26, 2018

La rédactrice en chef de The Lancet, Jocalyn Clark, a dit qu'il semble y avoir « un pays en développement à l'intérieur des frontières du Canada » au sujet des autochtones. Sur cette photo, un membre de la communauté algonquine de Kitcisakik où les gens vivent sans eau et sans électricité.


La performance catastrophique du Canada en ce qui concerne la santé des populations autochtones mine ses efforts pour se positionner en tant que leader mondial de la santé publique, affirme une des publications médicales les plus prestigieuses de la planète.

Le journal médical britannique The Lancet, qui a été fondé il y a près de 200 ans, demande au gouvernement de Justin Trudeau d'appuyer ses belles paroles avec des gestes concrets.

The Lancet a publié pour la première fois une série d'articles sur le système de santé canadien. Les textes ont été rédigés par différents experts canadiens.

L'écart évident entre la santé des autochtones et des non autochtones compte parmi les principaux thèmes de la série, qui traite également de maladie chronique, de mortalité infantile, de suicide et d'espérance de vie.

 

La rédactrice en chef de The Lancet, Jocalyn Clark, a dit qu'il semble y avoir « un pays en développement à l'intérieur des frontières du Canada ».

Elle a ensuite demandé comment le Canada peut être « le leader dont nous avons besoin sur la scène internationale », s'il est incapable d'être un leader chez lui en ce qui concerne la santé des autochtones.

Mme Clark a ajouté que le temps est venu d'agir, au moment où le Canada présidera le G7 en 2018.

Un des articles constate que l'aide internationale du Canada est en déclin depuis quelques années. Elle correspond actuellement à environ 0,26 pour cent du produit intérieur brut, bon pour la 15e place parmi les 35 membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Une chercheuse note toutefois que la portion de cette aide consacrée à des initiatives de santé publique est en hausse depuis quelques années.